lundi , 30 novembre 2020

Trésor public : la fin d’une hémorragie financière

La décision du président de la République d’unifier les comptes du Trésor ont permis au gouvernement de fermer plusieurs centaines de portes de sortie d’argent et par conséquent de renflouer les caisses de l’Etat.

Difficile pour l’heure d’estimer le montant engrangé à date. On sait seulement que la Guinée connait un excédent budgétaire après les six premiers mois de l’année. Une performance dont se félicite le Ministre délégué au Budget, Mohamed Diaré.

Selon le Trésor public, la décision Loi L0022/CNT/2011 du 29 mars 2011 portant principes généraux qui avait pour but de consolider les avoirs liquides de la Guinée, d’assurer un contrôle et un suivi  plus efficace des crédits budgétaires et subventions alloués aux différents organismes publics, a permis de découvrir 1823 comptes dans les banques commerciales de la place.

Selon la loi guinéenne, les entreprises publics (EDG, SEG par exemple), les établissements publics (Ndlr : Exemple : universités, hôpitaux) et les établissements publics à caractère industriel et commercial comme Soguipah ne doivent pas ouvrir des comptes dans les banques primaires de la place. Mais la grande masse d’argent en circulation à l’époque, environ 800 milliards de francs guinéens, avait poussé celles-ci à transiger. Ce qui, du coup, devenait une aubaine pour les organismes désireux d’opérer des malversations financières à partir de leurs comptes domiciliés dans ces banques. On a découvert par exemple qu’une dizaine d’entreprises ont réussi à ouvrir 100 comptes. Les informations en notre possession, livrées par le Directeur National adjoint du Trésor, Koly Mara, indiquent que 270 comptes sont restés redevables aux institutions bancaires.

Mais, puisque les deux parties (banques et entreprises publiques) savent que la démarche était proscrite, elles vont devoir négocier entre elles, sans l’Etat qui a des activités autrement plus importantes à mener.

« Nous avons écrit à toutes les banques commerciales de clôturer ces comptes. Les comptes à soldes découverts n’ont cependant pas été clôturés. Ils le seront après régularisation avec les titulaires », a déclaré M. Mara.

Le Trésor public a procédé à l’ouverture d’une centaine de comptes à la BCRG au nom des institutions étatiques avec plus de 200 comptes correspondants au Trésor.
En attendant, les projets qui bénéficient de financements extérieurs sont exempts de la mesure. Ils restent domiciliés dans les banques commerciales en attendant l’obtention d’un accord avec les bailleurs de fonds.


SOURCE : Le Nimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*