jeudi , 17 octobre 2019

DSK : le procureur demande l’abandon des charges

Cyrus Vance estime cependant qu’il y a bien eu une relation sexuelle, probablement non consentie, entre l’ex-patron du FMI et la femme de chambre. Les mensonges de cette dernière rendent la poursuite de la procédure impossible, ajoute-t-il.

 

 

Furieux. Après avoir passé moins de vingt minutes dans le bureau du procureur en compagnie de sa cliente, Kenneth Thompson a protesté, devant micros et caméras. «C’est un déni de justice». L’avocat de Nafissatou Diallo n’y est pas allé par quatre chemins pour dénoncer la décision du procureur de Manhattan. Celui-ci venait de lui annoncer sa décision de demander au parquet de New-York de classer la plainte de Nafissatou Diallo sans suite. La femme de chambre de chambre du Sofitel accuse Dominique Strauss-Kahn de l’avoir violée.

 

Quelques heures après l’annonce par les médias américains de ce nouveau rebondissement, le procureur s’en est expliqué. Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo, a-t-il expliqué, ont bien eu une relation sexuelle, probablement «non consentie», mais les mensonges «accablants» proférés par la femme de chambre rendent la poursuite de la procédure impossible. Bien que non concluantes, les preuves réunies au cours de l’enquête «correspondent à une relation sexuelle non-consentie», a indiqué le bureau du procureur, qui a demandé lundi au juge chargé de l’affaire d’abandonner les poursuites contre l’ancien patron du FMI.

 

Les relevés ADN ont «établi que plusieurs taches situées sur la partie supérieure de l’uniforme de femme de chambre de la plaignante comportaient du sperme correspondant à l’ADN de l’accusé», a poursuivi le bureau du procureur Vance. Mais le dossier d’accusation s’est effondré en raison des mensonges répétés et «accablants» de Mme Diallo, a-t-il ajouté. Le procureur avait expliqué qu’elle avait menti à plusieurs reprises aux enquêteurs sur son passé et sur ce qui s’était passé tout de suite après les faits présumés. Elle avait également longtemps refusé d’admettre une conversation téléphonique – enregistrée – où elle aurait évoqué, le lendemain de l’agression présumée, avec un ami emprisonné, la fortune de DSK.

 

L’ex-patron du FMI reconnaissant

 

Pour le camp Strauss-Kahn, c’est un soulagement après trois mois de procédure. L’ex-patron du FMI est «reconnaissant» envers le procureur de Manhattan, Cyrus Vance, d’avoir demandé l’abandon des charges, ont fait savoir lundi les avocats de l’ancien patron du FMI. «M. Strauss-Kahn et sa famille sont reconnaissants envers le bureau du procureur d’avoir sérieusement pris en compte nos préoccupations et d’avoir conclu de son propre chef que ce dossier ne pouvait pas aller plus loin», expliquent les avocats dans un communiqué.

 

Il n’y aura selon toute vraisemblance pas de procès pénal à l’encontre de l’ancien directeur du Fonds monétaire international. Le juge devrait l’annoncer officiellement mardi. Il pourrait néamoins avoir à affronter un procès au civil : la femme de chambre a déjà déposé plainte contre lui et est prête à demander des dommages et intérêts à l’homme politique.

 

Ce revirement était attendu depuis les déclarations de l’avocat ce week end dans la presse new-yorkaise. Sa réaction après la décision du procureur reflètait son amertume: «Si le procureur de Manhattan qui est élu pour protéger nos femmes, nos soeurs, nos mères ne le fait pas, qui le fera ?», a dit Kenneth Thomson devant le tribunal de Manhattan. À ses côtés, Nafissatou Diallo ne s’est pas exprimé.

 

Mardi, Dominique Strauss-Kahn devra se présenter pour une audience au tribunal de New-York. Le juge devrait lui notifier l’abandon des poursuites pénales. Au même moment, l’avocat français de Nafissatou Diallo ira déposer une plainte au tribunal de Pontoise pour «tentative de subornation de témoin» contre un adjoint du maire de Sarcelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*