jeudi , 12 décembre 2019

TPI de Kindia : un togolais gagne sur les autorités de la CRD de Damakania

Si l’obtention d’un lopin de terre était facile avant, c’est le contraire de nos jours. Certains responsables locaux se livrent à des pratiques qui ne sont autre la vente d’une seule parcelle à deux personnes différentes ou l’expropriation des pauvres de leur terre pour la mettre en vente.

C’est le cas des autorités de la Communauté Rurale de Développement de Damakania dans la préfecture de Kindia à 135km de la capitale Conakry.

Momo KéÏta alias Tatara président de la CRD, Sékouna Camara, Yakouba Camara, Moustapha Yango Kéïta et Adama Diallo, tous membres de la CRD de Damakania sont poursuivis pour stellionat, complicité, faux et usage de faux au préjudice de Kokoroko Adenyo, maçon de nationalité togolaise, vivant depuis des années à Kindia.

Cette affaire a pris fin, ce mardi 08 août au tribunal de première instance de Kindia par la comparution de Moustapha Yango Kéïta, ancien secrétaire communautaire de la sous-préfecture de Damakania. Après plusieurs semaines de débats houleux, il a fallu la comparution de ce dernier pour éclairer la religion du tribunal.

Âgé d’une cinquantaine d’année, Moustapha Yango Kéïta, marié et père de quatre enfants, domicilié au quartier Sarakolia dans la commune urbaine de Kindia, a reconnu les faits à lui reproché. Il explique que le terrain a été vendu à une somme de 1500 000 mille francs guinéens. Mais, il s’avère que l’acte de donation n’était pas légal.

Pour preuve sur le même acte, le nommé Momo KéÏta alias Tatara président de la CRD d’alors avait emmargé deux fois. Il aurait signé en tant que cédant et premier responsable de la CRD à la fois. Une démarche que le ministère public a fustigée. Il a même demandé à M. Keïta Moustapha Yango (prévenu) l’actuel secrétaire communautaire de la sous-préfecture de Kouria (préfecture de Coyah), si cela est normal ?

Cette question est restée sans réponse tellement que le prévenu semblait être dépassé par la gravité de son acte.

M. Kokoroko Adenyo de la partie civile n’a demandé que la restitution de son lopin de terre sans réclamer des dommages et intérêts.

Le procureur de la république prés le tribunal de première instance de Kindia, Lansana Kadiali Touré a retracé le déroulement de la scène ; comment les choses se sont passées jusqu’au niveau du procès. Avant de souligner que cette infraction est punie par les articles 155, 157, 431,51 et 53 du code pénal.

Lansana Kadiali Touré a ensuite indiqué qu’il à fallu l’intervention de Moustapha Yango pour que la vérité jaillisse.

Le procureur a sollicité qu’il plaise au tribunal de retenir les prévenus dans les liens de la prévention en condamnant à dix huit mois de prison ferme et au payement d’une amende d’un million les prévenus Momo Kéïta alias Tatara, Sékouna Camara.

S’agissant de Moustapha Yango Kéïta, Mme Adama Diallo et Yakouba Camara, le ministère public, Kadiali Touré a demandé qu’ils soient condamnés à douze mois de prison assorti de sursis et à une amande d’une somme de cinq cent mille francs guinéens chacun.

C’est sur ces mots que le président du tribunal M. condé a renvoyé l’affaire au 16 août 2011 pour la délibération.

SOURCES: Affiches Guinéennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*