dimanche , 31 mai 2020

Aboubacar Sylla, Jean Marie Doré et Lansana Kouyaté scellent un pacte!

Six formations de la scène politique guinéenne, et non des moindres, ont scellé le jeudi 11 aout à Conakry un protocole d’entente politique, en prélude aux futures échéances électorales.

Ce sont l’Union des Forces du Changement (UFC) de l’ancien porte parole du gouvernement de la transition, Aboubacar Sylla; l’Union pour le progrès de la Guinée (UPG) de l’ex premier ministre Jean Marie Doré; le Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDEN) de l’ancien premier ministre Lansana Kouyaté; le parti du peuple de Guinée (PPG) de l’ancien ministre Charles Pascal Tolno; le parti de l’unité et de la Liberté (PUL) et le parti socialiste démocratique de Guinée (PSDG) de Conté Ibrahima.

Ces partis et tant d’autres qui sont attendus, se retrouvent autour d’une structure appelée Alliance pour la Démocratie et le Progrès(ADP) dont le porte parole est leader de l’UFC. L’officialisation de ce baptême est imminente.

Mais force est de souligner que la première particularité de l’ADP est qu’elle se veut une opposition « constructive », « responsable », « non violente ». Elle n’appartient ni à la mouvance présidentielle, ni à l’opposition dite radicale. Au contraire, c’est une alliance modérée pourrait-on dire, puisque rejetant toute forme d’extrémisme et d’exclusion dans ses rangs.

La seconde particularité de L’ADP est qu’elle regroupe des partis politiques issus de toutes les sensibilités politiques ou presque, notamment celle de l’Alliance Cellou Dalein président, (le PPG de Charles Pascal Tolno) et celle de l’Alliance arc-en-ciel ‘le PEDEN de Lansana Kouyaté) .

L’autre particularité est qu’au delà des préparatifs des prochaines échéances électorales, l’ADP est une structure politique qui promet de donner régulièrement son point de vue sur des questions d’ordres national et international. En tout cas, elle n’hésiterait pas d’apprécier de manière objective, positivement ou négativement, les actes posés par le pouvoir central, chaque fois que cela s’avère nécessaire.

SOURCE : L’Observateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*