mardi , 2 juin 2020

L’Afrique de l’Ouest ne doit plus accepter de régimes non démoratiques selon le président nigérian Goodluck Jonathan

Le président nigérian Goodluck Jonathan a mis en garde mercredi l’Afrique de l’Ouest contre la pratique des coups d’Etat, historiquement fréquents dans cette région qui, a-t-il dit, ne devait plus accepter les régimes non démocratiques.


M. Jonathan, actuel président de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, s’exprimait lors de la session inaugurale du Parlement de la Cédéao comprenant 115 membres de quinze pays et qui a un rôle consultatif.

« Permettez-moi de proclamer avec la plus grande énergie que la Cédéao n’acceptera jamais de changement de gouvernement non constitutionnels et que nous travaillerons avec la communauté internationale pour empêcher toute tentative de cet ordre », a déclaré M. Jonathan à Abuja, siège de la Cédéao.

« Notre région a besoin de progrès et doit en finir avec l’incertitude politque, la stagnation économique et la dégradation des conditions sociales qui jusqu’à présent ont accompagné les changements gouvernementaux non conformes aux Constitutions », a-t-il insisté.

Le président nigérian a condamné la tentative d’assassinat du président guinéen Alpha Conde, en juillet, ainsi que la tentative de putsch au Niger le même mois.

M. Jonathan a plaidé mardi à Abuja pour une coopération en vue de combattre le « terrorisme », en recevant son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, dans une région qui connaît une poussée des activités des extrémistes islamistes.

Le Nigeria, locomotive de la région, avait appelé l’Afrique de l’Ouest à faire pression sur le président ivoirien Laurent Gbagbo afin qu’il se retire après les élections de novembre. La Cédéao avait suspendu la Côte d’Ivoire en décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*