jeudi , 21 novembre 2019

Le CECIDE sur le terrain de la résolution des conflits par la médiation

Après 270 km de parcours, nous sommes à Mamou. Ville carrefour, comme on l’appelle en raison du caractère cosmopolite de ses populations.

C’est là, cette ville symbolique que l’Ong CECIDE, (centre du commerce international pour le développement) a choisi pour organiser son débat national et la série de formation en direction de certains groupes cibles des populations rurales. Cette série d’activités s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme :’’Médiation comme véhicule du développement communautaire et de la démocratie’’. Un projet initié conjointement par le cecide et la FDC, (fondation pour le développement communautaire), une ong espagnole.

 

Les travaux de ces activités ont démarré à Mamou le 14 juillet au quartier Almamya dans la salle de conférence de la bibliothèque centrale, par le thème : la réconciliation nationale : une responsabilité partagée.

 

A la cérémonie d’ouverture, le président du conseil régional des organisations de la société civile à Mamou, Thierno Mamadou Kaïra Diallo s’est réjoui du choix de Mamou, pour abriter une si grande rencontre regroupant cinq régions (Mamou, Kindia, Kankan, Nzérékoré, Conakry).

 

En encourageant la centaine de participants à prendre une part active aux travaux de la présente rencontre, Mamadou Kaïra Diallo, a indiqué que cette formation permettra sans nul doute à renforcer la démocratie et le processus de médiation en Guinée.

 

Pour sa part, le directeur exécutif du cecide dira que la présence massive des participants revêt une double signification. La première traduit l’attachement à la consolidation de la paix et de la démocratie en Guinée ; et la seconde l’excellence des relations entre les différentes structures présentes et le cecide.

 

Kabinet Cissé a par la suite indiqué que l’objectif de ce projet vise à renforcer les capacités des groupes spécifiques. Dont les jeunes, les femmes, les communicateurs traditionnels. Car la finalité est de constituer un réseau formel de médiateurs pour la prévention et la gestion des conflits par la médiation.

 

Avant de finir son propos, le directeur exécutif du cecide a rappelé quelques actions déjà réalisées sur le terrain par son ong et qui ont permis de contribuer au climat de pacification du pays et de la promotion d’une culture de paix et de dialogue.

 

Pour le coordinateur international du projet, Gianni Orsini (de nationalité française basée en Espagne) de la Fondation pour le développement communautaire a rappelé les péripéties de ce projet avant de mettre en exergue l’importance du présent thème. Pour lui, le conflit peut être une opportunité de changement, pour peu qu’on sache s’y prendre.

 

Justifiant le bien-fondé de cette activité, Gianni Orsini en énumère deux points essentiels. A savoir la sensibilisation et la formation des formateurs en médiation.

 

Quant à Bernard Mara chef de Cabinet du gouvernorat de Mamou, il a insisté sur la nécessité de la réconciliation nationale pour que soit possible le développement économique du pays. Au nom du gouverneur de Mamou, il a dit sa disponibilité à accompagner le cecide dans ses initiatives.

 

Et dans les débats, un participant a mis les pieds dans le plat en s’adressant aux leaders politiques. Ses propos : « Cessez de mobiliser les Guinéens autour des discours ethniques au profit des programmes de société ». Pour nombre de participants au débat national, la situation actuelle du pays est une conséquence de la mauvaise gouvernance. Pour dire simplement les choses, la mauvaise répartition des richesses nationales.

 

Des jeunes s’arment pour la pacification du pays…

 

Dans le cadre de ses activités, l’ong CECIDE (centre du commerce international pour le développement) a organisé du 15 au 16 juillet à Mamou, une formation de 50 jeunes venus de diverses localités du pays. La formation se déroule dans la salle de conférence de la direction régionale de la Santé de Mamou.

 

A l’ouverture de ladite formation axée sur la résolution des conflits par la médiation, le chargé de programme de Médiation au CECIDE, Ibrahima Sory Seck a indiqué que cette formation vise à évaluer les participants après avoir bénéficié d’une première formation du même type en 2009. Il s’agit pour le centre du commerce international pour le développement et son partenaire technique, la Fondation pour le développement communautaire, de tester chez les jeunes participants, le niveau d’assimilation des concepts et pratiques en matière de médiation.

 

Ibrahima Sory Seck a précisé qu’en plus du coordinateur international du projet Gianni Orsini, d’autres formatrices espagnoles sont venues partager leurs expertises et expériences avec les participants guinéens dans le but de parvenir à une meilleure approche pour la résolution des conflits par la médiation. Il s’agit de Genissa Prats ; de Maribel Guzman ; et de Fatima Rabehi.

 

Pour sa part, le coordinateur international a insisté sur trois éléments qui lui tiennent à cœur. Premièrement, il demande aux participants d’avoir davantage conscience du rôle qui est le leur. Deuxièmement, il fait appel au sens de responsabilité pour la mise en pratique des connaissances qui seront apprises lors de cette formation. Et dernièrement, Gianni Orsini demande aux jeunes participants d’avoir de la vision pour le futur de la Guinée qu’il souhaite solidaire, juste et démocratique.

 

Pour Gianni, après cette série de formation, nul ne doit plus user de la violence pour résoudre un conflit.

 

A préciser que cette même formation sera dispensée à 50 femmes et 50 communicateurs traditionnels venus également d’horizon divers du pays. La clôture des travaux est prévue au 22 juillet à Mamou.

 

Le CECIDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*