samedi , 24 août 2019
Flash info

Manifestation de soutien : Alpha Condé en a-t-il marre ?

Après sa visite à la maison blanche où il a été reçu par son homologue américain  Barack Obama en compagnie de trois autres chefs d’Etat africains, le président de la République a regagné Conakry le mardi. Cette fois, le chef de l’Etat s’est abstenu de tout commentaire devant la foule réunie au palais du peuple.

C’est aux environs de 12 heures 20 minutes que l’appareil transportant la délégation présidentielle en provenance de la capitale fédérale américaine, Washington DC, s’est immobilisé sur le tarmac de l’aéroport international de Conakry Gbessia. A sa descente d’avion, le chef de l’Etat a été accueilli au bas de la passerelle par le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana accompagné des membres de son gouvernement, réunis au grand complet, les présidents des institutions républicaines, le chef d’état-major général et les chefs d’état majors particuliers des forces armées, les directeurs généraux de la police et de la douane nationale ainsi que des diplomates accrédités en Guinée.

Après ce cérémonial d’accueil qui a été réservé au président, le cortège présidentiel a mis le cap sur le palais Sékhoutoureya sis dans la Commune de Kaloum où il a élu domicile depuis l’attaque armée contre sa résidence privée de Kipé en haute banlieue de Conakry, le 19 juillet dernier. Contre toute attente, Alpha Condé ne prendra pas part au meeting de soutien qui se déroulait au palais du peuple. Une mobilisation qui a été faite à la demande du ministre de la Jeunesse et Emploi Jeune, Sanoussy Gbantama Sow et le gouverneur de la ville de Conakry, le chef de bataillon, Sékou Resco Camara. Le président a donc fait faux bond aux thuriféraires, cette fois. Comme au palais du peuple, au palais Sékhoutoureya, le président ne tiendra aucun discours devant les populations qui l’ont accompagné de l’aéroport jusqu’à sa résidence. Pourquoi le chef de l’Etat, populiste qu’il est, n’a pas voulu cette fois faire une harangue à ces foules ? Comme à son habitude, lorsqu’il débarque de l’avion en provenance de l’extérieur.

Certains observateurs pensent que le président de la République en a  tout simplement marre de ces manifestations de soutien (mamayas), qui sont organisées par des cadres qui ne sont pas exempts de tout reproche. Alpha lui-même a reconnu être entouré d’une équipe de prédateurs, et que le moment venu, chacun rendra des comptes.

D’autres observateurs par contre, mettent cette indifférence du président, à la tension actuelle, qui a été exacerbée par l’attaque contre sa résidence privée de Kipé. Une façon pour lui d’éviter de cautionner des mouvements de soutien qui pourraient dégénérer en émeutes. Ainsi à part la brève allocution qu’il a faite devant un groupe très select de journalistes au salon d’honneur de l’aéroport, Alpha Condé, n’a plus rien dit sur son voyage.
Une autre réalité à ne pas occulter. C’est le fait que les Guinéens soient fatigués des ‘’mamayas’’ qui ont ponctué leur vie depuis plus d’un demi siècle d’indépendance, sans que cela n’ai apporté aucun changement dans leur assiette ni dans leur bien être.  Cette réception du président s’est faite sous haute sécurité, par une impressionnante mobilisation des forces de défense et de sécurité de l’aéroport jusqu’au palais Sékhoutoureya. Même l’armée de l’air y a été associée par le déploiement dans les airs de deux MI-24.

Souleymane Cissé tombe en syncope

Par ailleurs, le ministre du plan, Souleymane Cissé est tombée en syncope avant l’arrivée du président Alpha Condé. Évacué d’urgence à l’hôpital, il a repris connaissance par la suite. La conjugaison du jeûne avec la grande canicule qui prévalait ce jour, pourraient être les causes de cette crise. Heureusement que le ministre a pu reprendre le chemin de son département, ou l’attendent de piles de dossiers à traiter, on le croit bien.

SOURCE : L’Indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*