mercredi , 19 décembre 2018

Vie de la Nation: A qui servent les coordinations régionales?

En Guinée, les coordinations régionales sont au nombre de quatre. La coordination de la Moyenne Guinée, la coordination de la Basse Guinée, la coordination de la Haute Guinée et la coordination de la Guinée Forestière.

 

Les sages qui les composent  représentent, agissent et parlent au nom de leur région d’origine et de leurs ressortissants. Il suffit d’un problème banal ou grave, surtout au sommet de l’État pour que ces sages commencent à s’agiter dans tous les sens… Au nom de leur médiation, ils ont parfois, tiré sur la corde ethnique pour leurs intérêts associatifs, au lieu d’agir au nom de la cohésion nationale.

Mais ce qui est curieux c’est que la majorité des guinéens au nom desquels les coordinations s’expriment ne savent rien d’elles. On sait, seulement, que quelques hauts cadres retraités, qui ont des comptes à rendre au peuple, se retrouvent dans ces coordinations. Qui sont les membres des coordinations régionales? Et pourquoi les présidents de la République successifs leur accordent autant d’importance? Pourquoi ces sages faiseurs de paix sont-ils écoutés? En période de crise électorale les formations politiques ont recours à la médiation des sages des différentes coordinations régionales. Et ces sages n’hésitent pas à user  de leur position pour placer des cadres sous leur protection. Selon certaines sources fiables, ils peuvent demander de l’argent pour pousser le dossier du plus offrant. Leur point fort selon eux, ce qu’ils représentent leur région d’origine. Or, c’est un secret de polichinelle que les leaders dans l’optique des élections soudoient  ces sages pour que ceux-ci donnent des consignes de vote en leur faveur. C’est pourquoi les sages occupent une place de choix chez les présidents de la République. En réalité ces sages qu’il faut surveiller  comme de l’huile sur le feu n’ont aucune légitimité aux yeux des citoyens. Ils ne sont pas élus, donc pas choisit par une majorité de citoyens de leur région d’origine. Les hommes politiques de ce pays dans le souci de préserver la paix et la quiétude sociale doivent  éviter ces groupes de pressions qui contribuent à diviser les guinéens simplement pour tirer leur épingle du jeu. En effet, ces sages en fin de carrière administrative se constituent en clans pour continuer à jouir des privilèges qu’ils ont perdus.

Ils ne sont représentatifs que du passé, un passé qui doit rester à sa place, c’est-à-dire derrière nous. L’argent, les sacs de riz et les grosses cylindrées constituent leur seule motivation. Incapables qu’ils sont de dire la vérité quand il faut, les sages autoproclamés, cherchent la légitimité qu’ils n’auront
jamais. A moins que ces coordinations ne soient juridiquement reconnues. Il est évident que nous vivons dans une société qui fait la part belle aux plus âgés.

Mais encore faut-il que ces derniers soient bien notés par leurs enfants et petits enfants. on ne peut pas se lever un matin pour  se classer parmi les sages en profitant du fait que les gens, par éducation, ne leur diront pas le contraire, droit d’ainesse oblige. Mais, ils ne les reconnaîtront jamais. C’est le cas aujourd’hui… Que ces sages revoient leurs copies. Car, dès qu’on évoque coordination régionale, on conclue au régionalisme.

Le Pr Alpha Condé a fustigé leur comportement mais ces clans forcent pour être indispensables. Les
unes après les autres les coordinations organisent des meetings de soutien, comme sous Lansana Conté. Une attitude qui inquiète plus d’un guinéens conscient quand on sait que ce sont les mêmes qui ont contribué à tromper le peuple pour leurs intérêts personnels. Ils ont largement profité des présidentielles et ils attendent les législatives, la cerise sur le gâteau, alors que les coordinations
régionales n’ont pas d’influence au point de faire élire qui ce soit. Que les coordinations régionales évoluent et agissent réellement pour le bien commun
serait mieux pour la marche du pays.

SOURCE : Le Nimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*