lundi , 21 octobre 2019

Côte d’Ivoire : un « prophète » pro-Gbagbo recherché par la justice

Un « prophète » ivoirien favorable à l’ex-président Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril après quatre mois de crise post-électorale, est recherché par la justice pour « l’émoi » qu’il sème dans la population par ses prédictions, a annoncé vendredi le procureur d’Abidjan. Un mandat d’arrêt a été lancé cette semaine « au niveau national contre le sulfureux prophète Koné Mamadou, alias Koné Malachie, dont les prétendues prophéties (sèment) l’émoi

dans la population », a déclaré Simplice Kouadio Koffi lors d’un point presse, évoquant une atteinte à la « sûreté de l’Etat ».

Les « prophéties » attribuées à Malachie ont rythmé la crise de quatre mois qui s’est achevée par deux semaines de guerre. Diffusées notamment sur des CD trouvables dans de petits commerces, elles ont promis successivement miracles, victoire puis désormais libération de M. Gbagbo, suscitant, en particulier ces derniers jours de la nervosité, chez certains Ivoiriens.

Par ailleurs, le procureur a annoncé que de nouveaux mandats d’arrêt internationaux ont été adressés aux Etas-Unis, à l’Angola, à l’Afrique du Sud et au Brésil, pour des infractions économiques imputées à des personnalités du camp Gbagbo.

Des commissions rogatoires en vue de geler leurs éventuels avoirs dans ces pays ont aussi été lancées.

Vingt-six personnes ont déjà été inculpées d’atteinte à la sûreté de l’Etat ou d`infractions économiques, parmi lesquelles l’ancien Premier ministre Gilbert Aké N’Gbo et plusieurs ex-ministres de M. Gbagbo, ainsi que le journaliste Hermann Aboa.

L’ex-chef d’Etat, son épouse Simone et une quinzaine de proches sont en résidence surveillée, sans inculpation, dans plusieurs villes du nord du pays.

La crise née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010 a fait au moins 3.000 morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*