vendredi , 23 août 2019
Flash info

Le gouvernement dément l’arrestation d’ opposants

 

Dans une déclaration rendue public lundi le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Dirus Dialé Doré, a démenti l’interpellation d’un membre de l’opposition guinéenne suite à l’attaque du domicile d’Alpha Condé.

 

 

Samedi dernier, un collectif de partis politiques composés des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) et de l’UFDG avait annoncé la disparition de Bah Oury, Vice-président de l’UFDG.

« Cela fait maintenant trois jours sans qu’aucun des responsables, aucun militant n’est rentré en contact avec Bah Oury. Il a sacrifié toute sa vie pour que la Guinée soit un pays véritablement démocratique. Nous n’avons aucune nouvelle de Bah Oury », avait déclaré Fodé Oussou Fifana, 2è Vice-président du parti.

« Nous sommes dans un pays normal et quand quelqu’un est en faute, il faut le convoquer, l’écouter et lui donner la possibilité de se défendre », avait-il suggéré.

Pour Dirus Dialé Doré, personne n’a disparu. Ou du moins les autorités n’ont interpellé aucun opposant. Voici l’intégralité de la déclaration lue par M. Doré.

« Contrairement aux allégations d’une certaine presse, visiblement préoccupée à opposer les guinéens, le gouvernement guinéen tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’aucun leader politique n’a été interpellé ni arrêté suite à la tentative d’assassinat perpétrée contre la personne du Président de la République.

Apparemment, certains hommes politiques se cachent peut-être parce que leurs noms ont été cités par les présumés coupables interpellés. La justice continue son travail depuis l’ouverture de l’information judiciaire. Tous ceux qui sont impliqués dans cette barbare tentative d’assassinat, qu’ils soient civils, militaires, hommes d’affaires, hommes politiques, devront répondre devant la loi le moment venu.

Le gouvernement guinéen réaffirme solennellement le profond attachement du Chef de l’Etat, président de la République, le professeur Alpha Condé au respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. C’est dire que la transparence totale dans la gestion de ce dossier sera observée.

Le gouvernement réitère l’appel lancé par le président de la République invitant les populations à continuer de garder le calme, la sérénité et de vaquer tranquillement et en toute sécurité à leurs affaires. »

Fatoumata Kéita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*