mercredi , 2 décembre 2020

Pour des différends au sein de la section RPG-Kaloum, le maire risque son poste

Le Bureau politique national du RPG donne 72 heures au maire de Kaloum (présidente de la délégation spéciale) pour résoudre les conflits internes de la coordination communale du parti. Si non elle sera demie de ses fonctions, selon les responsables nationaux du parti.

 

Le Bureau politique national du RPG a demandé à Mme le maire de la Commune de Kaloum de résoudre les différends qui opposent certains chefs de quartiers d’une part, et celui qui l’oppose en tant que présidente de la coordination des femmes du RPG à sa vice-présidente, d’autre part.


Si elle n’y parvient pas dans les 72 heures qui suivent, elle risque son poste.


C’est dans le cadre de cette manœuvre très délicate que la coordination du RPG de Kaloum, certains chefs de quartiers et des représentants des jeunes et des femmes s’étaient réunis ce vendredi au quartier de Tombo. L’objectif était de trouver un terrain d’entente et d’enterrer la hache de guerre entre deux  chefs du quartier de ce quartier.


La mission est très complexe d’autant que la présidente de la coordination des femmes du parti présidentiel dans la commune de Kaloum est aussi à couteau tiré avec sa vice-présidente.


Pour situer l’origine de cette atmosphère très tendue entre ‘’rpégistes’’ de la même commune, il faut remonter à la période électorale. Selon nos informations, entre les deux tours de la dernière présidentielle, Briki Momo avait pu mobiliser la population de la Commune de Kaloum sous forme d’une coordination de l’alliance Arc-en-ciel. Après l’élection du Pr Alpha Condé, certains membres se sont sentis marginalisés.


Pour éviter la scission de cette coordination, Briki Momo a pris comme initiative de transformer la coordination Arc-en-ciel en coordination du RPG pour les législatives prochaines. C’est ainsi que Moussa Condé comme chef de quartier de Tombo est nommé, en lieu et place de  Aboubacar Diawara (accusé d’être proche de l’UFR) pour fautes lourdes.


Comme c’est le sport favori en Guinée, chacune des deux personnes est soutenue par un groupe.


L’autre malaise profond existe entre la présidente de la coordination des femmes de Kaloum, Mme Bangoura Makhadi Camara (présidente de la délégation spéciale de Kaloum depuis le 3 juillet) et Mme Sonna Bayo, sa vice-présidente.


Dans cette affaire où le juge est partie, la seconde qui dirigeait jusque là les femmes du RPG de Kaloum veut elle-même diriger la coordination parce qu’elle se croit la plus fidèle et la plus ancienne du  parti. Et le clan de Mme Bangoura considère sa rivale comme ‘’ethnocentriste et infidèle’’ donc n’ayant pas la capacité de diriger la coordination. Ayant une force au niveau du Bureau politique national du RPG, le poids de Mme Bayo   tente de peser sur la balance.


« Il faut éviter tout ce qui est tumultueux en cette période. Nous allons essayer de calmer la situation car c’est notre devoir est de le faire », a souligné le secrétaire chargé de l’emploi jeune de la coordination, Sékou Camara.


M. Camara a fini par demander aux chefs de quartiers et aux membres de la coordination de passer par la mairie avant d’informer le bureau politique national ou l’administration.


Thierno Oury Bah

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*