mardi , 20 août 2019

Affaire de surfacturation des intrants agricoles : le ministre du Plan accuse Jean-Marc Telliano

Le ministre du plan, Elhadj Souleymane Cissé a donné sa version des faits dans l’affaire de surfacturation des intrants agricoles (engrais et herbicides) que le gouvernement guinéen a achetés pour la campagne agricole 2011.

 

Selon M. Cissé, face aux grands défis, le gouvernement guinéen avait, depuis janvier dernier, défini des plans d’action prioritaires parmi lesquels se trouvent l’expansion économique et la lutte contre la pauvreté dans le pays. Et le ministère de l’agriculture avait mis un accent particulier sur la campagne agricole 2011 pour, avec en prévision, la culture d’environ 100 000 hectares de terre afin de subvenir aux besoins de la population en denrées de consommation, et lutter contre l’exportation excessive des produits.


Ainsi ce ministère qui était chargé de faire l’évaluation de ces intrants (40 000 tonnes d’engrais et des herbicides) a fait une surfacturation. Selon le procès-verbal du Conseil interministériel, le litre d’herbicide qui devrait être acheté à 40.000 francs guinéens est surfacturé à 95.000 fg. Et c’est ce même ministère qui a fait les appels d’offres et a signé les contrats en achetant ces intrants au Mali voisin pour les stockés à Kankan.


« C’est par manque d’expérience dans la gestion de ces intrants agricoles qu’une commission interministérielle chargée d’appuyer le secteur agricole dans le stockage et le dispatching des engrais et herbicides a été créé le 21 avril, avec à la tête, le ministre du plan, Souleymane Cissé », a relaté le ministre.


D’après le locataire du département du Plan, pour éviter le risque de vente ou d’exportation de l’engrais, un retard de stationnement des camions maliens qui acheminaient les engrais vers Kankan avait été provoqué, pour éviter plus de taxes au gouvernement et élaborer des TDR afin que les intrants arrivent à destination au moment opportun.


« Depuis que notre commission a fini de faire le stock des intrants et les a transmis à la chambre nationale d’agriculture, laquelle devrait les transmettre aux organisations paysannes qui a pour mission de les remettre à la population. Notre mission est terminée », a-t-il dit.


En clair, Souleymane Cissé soutient que la responsabilité de cette surfacturation incombe à son collègue de l’Agriculture, Jean-Marc Telliano qui a fait l’évaluation des intrants.


« Il ne revient pas à la Commission interministérielle de faire des adjudications ou des propositions des prix, mais plutôt aux cadres du ministère de l’agriculture ».


Thierno Oury Bah

+224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*