lundi , 23 septembre 2019

Vers la redynamisation du Centre de recherche en élevage de Faranah

Pour résoudre l’épineux problème financier de l’Institut de recherche agronomique de Guinée (IRAG), le Directeur général de l’IRAG, Dr Famoï Béavogui, n’a pas hésité lors de la rencontre du Chef de l’Etat et des paysans, à poser les difficultés de son Institut. Au cours de cet entretien, le Chef de l’Etat a promis une aide substantielle de l’IRAG contre laquelle celui-ci devra produire suffisamment de semence pour satisfaire la demande des producteurs.

 

Pour honorer ce contrat, Dr Famoï Béavogui a organisé une réunion qui a regroupé à la direction générale, à Conakry, tous les directeurs et coordonnateurs scientifiques des Centres de recherche.


Sur 13 invités (7 directeurs de centre et 6 coordonnateurs scientifiques) 13 ont participé à cette rencontre de deux jours qui a permis de concevoir et de lancer la nouvelle feuille de route de la campagne agricole 2011.


En autres programmes en chantier, on s’est intéressé à la campagne de production de volaille au Centre de Faranah, un Centre presque toujours lésé et considéré comme la 5e roue de la carrosse.


Pour une fois, le Directeur général a joué à fond la carte du retour de Faranah dans ses bonnes grâces. Dr Béavogui a non seulement accepté de lui accorder une grosse somme dans le budget provisoire, mais il a fortement revu à la hausse ce montant pourtant jamais accordé à ce Centre.


En revanche, le Centre s’engage à produire, avec un investissement de 60 123 000 FG, 6 795 alvéoles et 650 poules reformées pour une recette globale estimée à 114 995 000 FG d’ici fin 2011.


Outre cette coquette somme, des dépenses significatives en matériels et équipements seront réalisés, permettant ainsi au Centre de générer davantage de ressources les années suivantes sans autre dépense d’investissement.


Le plus intéressant dans cette affaire, c’est la mise en place d’un mécanisme permanent de suivi et évaluation, permettant de recadrer chaque fois que c’est nécessaire, la marche, au jour le jour, de la campagne.


Mais, attention, il faut se le dire tout de suite.


Pour faire chanter des poules dans la Basse-cour du centre, il faut pouvoir se lever avant le premier cocorico du coq.


Sénkoun Wagué

Guineeenligne.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*