samedi , 14 décembre 2019

Pont du 8 novembre : Un ‘’grand 8’’ pour désenclaver Kaloum

Voilà ce que va être le futur échangeur au niveau du pont 8 novembre. La Commune de Kaloum, où se trouve la quasi-totalité des administrations de la capitale, est depuis plusieurs années défile d’accès, vue l’exigüité de son entrée, à l’endroit où le pont du 8 novembre se trouve.

 

 

Il y a trois accès : un du côté de la corniche sud, un du côté de l’autoroute et un troisième vers la corniche nord, qui se trouvent tous en ce point critique de la capitale. Des mesures devaient être prises depuis fort longtemps pour aider à la fluidité de la circulation en cet endroit, vue la démographie galopante de Conakry qui compte aujourd’hui plus de 2 millions d’habitants.

En plus les services et autres administrations se trouvent tous à Kaloum, obligeant la quasi-totalité des travailleurs à ‘’monter’’ et à ‘’descendre’’ en même temps. Cela a évidemment des conséquences sur le trafic routier qui subit des embouteillages monstres pendant de longues heures.

Pour remédier à cela, les autorités ont songé à la construction d’un échangeur au niveau de Moussoudougou, le quartier qui constitue l’entrée et la sortie de la Commune de Kaloum. Ceci, en attendant que les ministères ne déménagent vers le plateau de Koloma, comme prévu dans le plan directeur de Conakry, depuis des décennies.

La construction de cet échangeur, confiée au consortium d’entreprises Sogéa-Satom et CSE, avait connu un arrêt quand les autorités françaises avaient suspendu toutes formes de coopération avec la Guinée, suite aux tragiques évènements du 28 septembre 2009, sous la junte militaire dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara.

A la faveur de l’élection d’Alpha Condé, les sanctions internationales contre la Guinée ont été levées et la coopération a repris avec la communauté internationale. C’est dans ce cadre que les travaux de construction de l’échangeur de Moussoudougou ont repris. Non sans désagrément pour les usagers de la route qui se voient tous les jours dans des réguliers embouteillages pendant des heures.

Le plus dur est le fait que les conakrykas ont surtout souffert de n’avoir aucune idée de ce que va être l’échangeur dont on leur parle. Ceci s’ajoutant à leurs désagréments.

L’équipe du NIMBA a cherché depuis plusieurs semaines à satisfaire cette curiosité, en vain. Maintenant, voilà que depuis quelques jours, on connait à peu près la configuration de cette infrastructure qui, en principe, devrait améliorer la circulation à ce niveau. En effet, les ingénieurs ont enfin affiché le plan du futur échangeur, au grand bonheur des usagers de la route, qui désormais pourront mieux s’armer de patience.

C’est sera un échangeur en forme de ‘’grand 8’’ (voir photo), dont la capitale pourra s’enorgueillir. En plus les fréquents bouchons qui se constituent en ce lieu vont diminuer voir même disparaitre, sans compter les lacs d’eau de pluie qui se froment là-bas chaque hivernage.

Les travaux prévus pour 30 mois doivent en principe s’arrêter en fin d’année 2011, si tout va bien. En attendant, les usagers de la route devront s’armer de patience…

SOURCE : Le Nimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*