mercredi , 13 novembre 2019

La Coordination des organisations de défense des droits humains demande la libération du Cl Moussa Kéita

La Coordination des organisations de défense des droits humains en abrégé CODDH a invité jeudi le gouvernement guinéen à accorder une liberté pure et simple au Colonel Moussa Kéita, Ex-secrétaire permanent de la junte militaire.

 

 

Cette coordination, dans un premier temps a condamné les propos du Colonel Kéita faisant allusion à la subtilisation des 22 millions de dollars versé par la SAG des caisses de l’Etat par le général Sékouba Konaté et le coup d’Etat que celui-ci aurait fomenté contre le capitaine Moussa Dadis Camara. Elle estime que de telles allégations, dont le seul but est la réactivation des sentiments en faveur du capitaine Dadis et en faveur du général Konaté, sont de nature à diviser les Guinéens et à exacerber la déchirure du tissu social et politique en Guinée. « Le colonel Moussa Kéita est un homme d’Etat. Il est un officier donc tenu aux obligations de réserve », a déclaré Nouha Traoré, secrétaire aux affaires juridiques et contentieuses. « Les déclarations de détournement et de coup d’Etat ne devaient pas venir de lui car il pourrait renaitre les sentiments en faveur de Dadis et les sentiments anti-Konaté. On doit savoir raison-gardée pour ne pas tenir des propos qui divise ».

La CODDH estime cependant que ces propos de l’ex-secrétaire permanent, fut-ils graves, ne justifient pas son arrestation. Au cours d’une cours d’une conférence de presse tenue à Conakry ce matin, la coordination a exprimé ses préoccupations suite à ce qu’elle appelle « l’arrestation arbitraire du colonel Kéita, sa détention illégale dans les lieux inappropriés et tenus secrets et sa privation des droits de défense dès les premières heures d’interpellation ».

« En tant qu’être humain il a droit à un certains droit conformément aux accords ratifiés par la Guinée », a déclaré M. Traoré.

La CODDH est une coalition composée d’une quarantaine d’organisations de la société civile. Elle est opérationnelle depuis 2007.

Après avoir tenté en vain de connaître le lieu de détention du colonel Moussa Kéita, la CODDH affirme avoir toujours plusieurs minutions dans sa besace dont des rencontre avec plusieurs personnalités influentes du pays.

Elie Ougna et Thierno Oury Bah

+224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*