jeudi , 2 juillet 2020

Affaire DSK : l’accusatrice a livré un récit erroné des événements

L’ancien directeur du FMI a été libéré sur parole, après des révélations sur plusieurs mensonges de son accusatrice. Les accusations sont maintenues mais de l’avis même de l’avocat de la Guinéenne : le procureur se dirige vers un non-lieu. Les poursuites pour crimes sexuels ne sont pas

 

abandonnées, mais c’est un véritable retournement de situation, après les révélations sur la femme de chambre guinéenne qui accuse DSK de tentative de viol. Elle a reconnu avoir menti.

Avec notre correspondant aux Etats-Unis, Raphaël Reynes

Le dossier ne s’est pas effondré mais il est terriblement affaibli. Le parquet de New York a communiqué aux journalistes la synthèse des nouvelles informations qui ont mené à l’audience de ce vendredi. Le document confirme ce qui était paru sur le site du New York Times dès jeudi soir, à savoir que la crédibilité de la victime présumée de Dominique Strauss-Kahn est sérieusement remise en question.

Le mensonge par omission

La jeune femme, originaire de Guinée a menti lors de sa demande d’asile pour venir aux Etats-Unis. Elle l’a reconnu devant les enquêteurs de la police de New York.

Elle a menti devant le grand jury aussi. Elle n’a pas raconté qu’après les faits présumés, elle s’est rendue dans une autre chambre, l’a nettoyée puis est retournée dans la suite de Dominique Strauss-Kahn. Un mensonge qui la rend suspecte.

En plus de cela, la même jeune femme est soupçonnée par le parquet d’avoir des liens avec des réseaux criminels – trafic de drogue, blanchiment d’argent – aux Etats-Unis. Vingt-quatre heures après les faits présumés, elle s’est entretenue avec un homme détenu pour trafic de drogue et elle aurait évoqué avec lui les profits qu’elle pouvait retirer des accusations qu’elle portait contre Dominique Strauss-Kahn. On comprend pourquoi le parquet est plus que gêné et qu’il commence à faire machine arrière. Si les accusations ne sont pas levées, pour l’instant, à l’égard de Dominique Strauss-Kahn le dossier est plus qu’affaibli.

Le parquet a accepté de lever immédiatement l’assignation à résidence de DSK. Dominique Strauss-Kahn est libre de ses mouvements à l’intérieur du territoire américain. Il n’a pas récupéré son passeport et l’accusation n’est pas totalement abandonnée. L’enquête se poursuit, a dit le juge et la prochaine audience aura lieu le 18 juillet.

D’ici-là, le parquet et la défense vont négocier. Le parquet va peut-être tenter de maintenir certaines accusations mineures contre l’ancien patron du FMI. Mais les avocats de DSK ont d’ores et déjà annoncé qu’ils demanderaient l’abandon de toutes les charges. L’avocat de la jeune femme se dit persuadé que le parquet s’apprête à requérir un non-lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*