samedi , 24 août 2019
Flash info

Elections législatives – Cas de l’opposition : voici la position de l’Etat !

Le ministre guinéen de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation Alhassane Condé a déclaré jeudi que le gouvernement guinéen est déterminé à organiser les élections législatives dans la transparence et l’équité dans le dernier trimestre de l’année 2011.

 

« Nous allons organiser les législatives cette année car c’est l’une des conditionnalités pour la reprise des coopérations avec les partenaires au développement », a déclaré le ministre, rappelant aussi que l’organisation du scrutin marquera la fin de la transition politique entamée en décembre 2008.

« Toutes les dispositions sont prises par l’Etat en vue de doter la Commission électorale de tous les moyens nécessaires indispensables à la reprise intégrale du recensement, conformément aux recommandations des journées nationales de concertation sur le processus électoral ».

Parlant d’une partie de l’opposition guinéenne qui refuse de participer aux discussions initiées par le gouvernement, Alhassane Condé affirme estime qu’il est temps de partir. Même sans elle. Il affirme haut et fort qu’il ne peut pas obliger les partis à venir dialoguer avec lui.

« Nos camarades ne comprennent pas les textes. Ils n’ont certainement pas la bonne volonté », conclut-il.

Déplorant cette politique de chaise vide du groupe conduit par Sidya Touré, le ministre rassure tout de même qu’il se tient à la disposition de quiconque veut dialoguer.

« Je suis en consultant international en processus électoral. Malheureusement, ceux qui parlent ne savent pas de quoi ils parlent. Ce n’est pas l’opposition qui détermine ce que l’Etat doit faire. La Guinée ne va pas vers l’impasse. Nous sommes en démocratie. S’il y a trois partis sur cinq qui acceptent, les deux ne peuvent pas arrêter la machine de rouler ».

En ce qui concerne la reprise intégrale du recensement des électeurs, le ministre persiste et signe. Pour lui, c’est la bonne solution. Il promet que le processus électoral y compris le recensement ne va coûter plus de 30 millions de dollars.

Il pense que les élections législatives sont beaucoup plus importantes pour le moment que les services sociaux de base : l’eau, l’électricité et toute le reste.

Elie Ougna

+224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*