lundi , 19 août 2019

Emeutes de l’électricité: Le courant ne passe plus entre Wade et le peuple

Les émeutes contre les coupures intempestives d’électricité ont été d’une rare intensité, hier. Les jeunes en furie contre la distribution irrégulière de l’électricité, surtout ces trois derniers jours, ont mis à sac plusieurs édifices publics, dont la mairie des Parcelles assainies, celle de Yeumbeul, l’agence Senelec de Yoff, celle des Impôts et domaines de la Patte d’Oie.Ils ont aussi brûlé plusieurs véhicules.

 

Yeumbeul Nord, Médina, Liberté 6, Liberté 5, les Sicap, Sacré-Cœur, Parcelles assainies, Grand Médina, Vdn, Niarry Tally ont été, sans conteste, les points les plus chauds de la manifestation contre les délestages qui pourrissent la vie des citoyens sénégalais. Les jeunes en colère contre les coupures de courant, particulièrement longues de ces trois derniers jours, ont envahi les rues et les ruelles de ces quartiers dès les premières heures de l’après-midi. Pendant six heures d’horloge, c’est-à-dire, de 15 h à 21 h passées, les jeunes manifestants ont occupé la rue dans ces quartiers. Particulièrement organisés et armés, ils ont rendu la vie dure aux policiers qui, malgré les moyens matériels et humains, ont été dépassés par la situation quasi insurrectionnelle qui a régné dans la capitale, hier. Ainsi, par endroits, ils ont érigé des barricades dans les rues à l’aide de poteaux électriques endommagés, de gravats, de poubelles. Tantôt, ils ont allumé des braisiers à l’aide de tronc d’arbres et de pneus usés rendant la circulation impraticable dans toute la capitale.


Mieux ou pire, les manifestants ont brulé des véhicules et saccagé plusieurs édifices publics en divers endroits de la ville. On dénombre plusieurs véhicules brulés dont un minibus Tata, un véhicule de la Senelec de Yoff et des voitures de la mairie des Parcelles assainies. La mairie de cette localité située dans la populeuse banlieue dakaroise a été mise à sac et tout le mobilier emporté ou laissé à la proie des flammes. C’est le même sort que les manifestants de Yeumbeul Nord, situé dans la lointaine banlieue dakaroise, ont fait subir à la mairie de leur localité. Dans celle-ci, les jeunes émeutiers ont emporté avec eux même les portes et fenêtres. A l’agence Senelec de Yoff, les jeunes manifestants de cette localité ont mis le feu à l’édifice. Avant de quitter les lieux, ils ont mis le feu à un véhicule. Tout comme à l’agence des Impôts et des Domaines des Parcelles assainies où tout a été volé ou brûlé.


Le bilan des dégâts occasionnés par les manifestaions contre les interminables coupures d’électricité se serait aggravé si les émeutiers des quartiers riverains du siège du Parti démocratique sénégalais (Pds), sis sur la Vdn, étaient arrivés à leur fin qui était de mettre à sac le bâtiment dont une des façades est entièrement en vitres. Malgré de multiples tentatives, ils se sont heurté à une farouche résistance des forces de l’ordre qui avaient installé tout autour un dispositif impressionnant de policiers.


Policiers en infériorité numérique


Par contre, dans les autres quartiers, les policiers étaient manifestement en infériorité numérique. Sauf quand la situation devenait extrêmement grave, des renforts étaient dépêchés à bord des voitures pick-up de la police. Ainsi, jusque tard dans la soirée d’hier et dans la pénombre puisqu’il n’y avait pas d’électricité, les manifestants et les policiers se sont livrés à des courses-poursuites dans les ruelles des quartiers. Aux jets de pierres des jeunes émeutiers, les policiers ont répliqué avec leurs gaz lacrymogènes.


Chose rare, à côté des policiers en tenue, il y avait autant de policiers en civil encagoulés, armés de lance-grenades. De fait, les forces policières, fortement mobilisées et armées jusqu’aux dents comme lors des manifestations du 23 juin dernier, n’ont fait que charger les émeutiers particulièrement mobiles à coups de gaz lacrymogènes. D’ailleurs, ces projectiles ont atteint grièvement à l’œil un manifestant aux Parcelles assainies. Des arrestations de manifestants ont également été notées dans divers quartiers de la capitale. Les habitants des quartiers, théâtres des émeutes, ont vécu également un sale quart d’heure. Pour cause, dans leur riposte offensive, les policiers ont jeté des grenades lacrymogènes jusqu’à l’intérieur de certains domiciles de citoyens.

SOURCE: Walfadjiri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*