dimanche , 20 octobre 2019

Communiqué de presse N° 06/17è Sommet de l’UA

«L’Afrique apparait depuis quelque temps comme la locomotive qui tirera la croissance mondiale »

Malabo, le 26 juin 2011 – «L’Afrique après avoir fait montre d’une capacité de résilience extraordinaire face à la dernière crise économique et financière, qui l’a certes effectivement touchée mais ne l’a pas affaiblie pour autant, apparait depuis quelque temps comme la locomotive qui tirera la croissance mondiale dans un proche avenir ».

 

C’est sur cette note optimiste que le Président de la Commission de l’Union africaine (UA), M. Jean Ping s’est adressé, dimanche 26 juin 2011, à la 19eme Session ordinaire du Conseil Exécutif. Dans une conjoncture internationale peu favorable, le continent a su redéfinir son image, «centrée désormais sur son potentiel et ses multiples opportunités ». Le président Ping a tenu à rappeler que des avancées notoires ont également été accomplies «dans l’enracinement de la culture et de la gouvernance démocratiques », citant en exemple le référendum du 9 janvier au Soudan qui aboutira à la création du 54eme Etat de l’Union dés le 9 juillet ou encore le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée et au Niger. A propos de la démocratie et évoquant les soulèvements en Tunisie et en Egypte, il les a qualifié d’événements «annonciateurs de la nécessité d’un processus qui contribue potentiellement à la consolidation de la démocratie en Afrique ».

A propos de la situation sécuritaire en Afrique, M. Ping s’est réjoui du dénouement de la crise ivoirienne et a annoncé que des négociations sont en cours avec la CEDEAO en vue de la reconstruction du pays afin d’accompagner la Côte d’Ivoire «dans sa quête pour la cohésion, la paix, la réconciliation nationale et le développement ». Il a toutefois exprimé sa préoccupation face à la crise libyenne et face aux défis qu’elle fait peser sur les pays limitrophes notamment en ce qui concerne l’afflux des populations refugiées, la situation des travailleurs immigrés, la prolifération des armes et le spectre du terrorisme. Cependant, le président de la Commission a réitéré sa conviction «qu’en dernière instance, seule une solution politique permettra de répondre aux aspirations légitimes du peuple libyen et de promouvoir durablement la paix dans ce pays ». Cette solution est articulée dans la Feuille de route pour le règlement de la crise libyenne.

Dans son discours, M. Ping a aussi instruit le Conseil des activités entreprises par la Commission depuis le Sommet de janvier 2011 dans le cadre du Plan stratégique 2009 – 2012. Il a notamment fait état des progrès enregistrés dans la mise en œuvre du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA) et la réalisation des unions douanières parmi les Communautés économiques régionales (CER). Dans son allocution, M. Ping a aussi instruit le Conseil des actions de la Commission visant à renforcer la place de l’Afrique sur la scène internationale notamment à travers sa participation à des assises internationales telles que le G20 ou le G8 et les partenariats bilatéraux.

Le Président Ping a rappelé que ces belles avancées ne sauraient être pérennes sans la mise en place d’un meilleur environnement pour la jeunesse africaine, «active, dynamique et créative, désireuse de voir les choses changer sur le continent ». C’est en reconnaissance de l’importance de la jeunesse et pour marquer son adhésion et son soutien aux changements qu’elle a initié que l’UA a placé cette session du Sommet de l’UA sous le thème «Accélération de l’autonomisation de la jeunesse pour un développement durable ». Avec le démarrage en septembre 2011 des instituts régionaux de l’Université panafricaine, la création de centres d’excellence et la promotion de la mobilité académique entre différentes régions, l’UA œuvre pour la promotion de la jeunesse.

M. Abdoulie Janneh, Secrétaire général adjoint des Nations unies et Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) a, pour sa part, réaffirmé la capacité de résilience dont l’Afrique a fait montre en résistant à la crise économique mondiale malgré la baisse de la croissance de 4.7% en 2010 à 3.7% en 2011, à cause de la conjoncture économique internationale et des crises survenues sur le continent. Crises qui sont une preuve évidente d’une demande accrue de liberté, d’une plus grande obligation redditionnelle et d’un rejet drastique de la corruption. Il a donc appelé à un changement de cap afin de s’adapter aux nouvelles réalités et aux nouveaux défis et a aussi appelé à la mise en place de plans réalistes à même de redonner espoir à la jeunesse. Cela en mettant l’accent sur l’investissement dans l’éducation des jeunes pour les équiper de compétences.

M. Iwaya Takeshi, sous-secrétaire d’état aux Affaires étrangères du Japon a, pour sa part, réitéré le soutien du Japon à l’Afrique, malgré le tsunami qui a frappé la péninsule en mars 2011. Ce soutien s’articule autour de trois piliers : la paix et la sécurité, le développement et le commerce et la résolution des défis globaux. M. Takeshi a réaffirmé la disposition du Japon à soutenir l’Afrique concernant la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il a indiqué que le Conseil doit inclure l’Afrique dans la mesure où les dossiers qu’il traite sont en majorité liés au continent.

Déclarant la 19eme session du Conseil exécutif officiellement ouverte, le Premier ministre de la République de Guinée Equatoriale, M. Ignacio Milan Tang, a rendu hommage à l’Organisation de l’unité africaine (OUA) qui a laissé un héritage très important fait de principes acceptés par tous à l’UA. Il revient maintenant à l’UA de devenir un espace de solidarité, de partage et de paix, des éléments nécessaires à l’intégration et au développement, a-t-il dit, prônant un travail désintéressé avec des initiatives concrètes et des positions consensuelles pour relever les défis actuels. Il a aussi évoqué l’impérieuse nécessité pour l’UA d’adopter des positions énergiques contre l’ingérence et les politiques étrangères qui affaiblissent la souveraineté des états africains. Par ailleurs, il a appelé à la démocratisation du système des Nations unies. Individuellement l’Afrique est vulnérable mais en commun elle sera forte et invincible, a-t-il articulé. En ce qui concerne le thème du sommet, le Premier ministre a indiqué qu’il arrive à point nommé eu égard à l’actualité. Il revient aux Etats de l’union de concevoir des politiques ambitieuses en faveur des jeunes, axées sur la recherche, favorables à la création d’emploi afin que les jeunes ne vivent plus dans la pauvreté et le désespoir.

La 19eme session ordinaire du Conseil Exécutif prendra fin le 28 juin. Les journalistes sont invités à prendre part à la cérémonie officielle de clôture et à la conférence de presse qui sanctionnera la fin des travaux de l’organe.

Pour plus d’information, veuillez consulter le site du Sommet de l’Union africaine à l’adresse http://www.au.int/en/summit/17thsummit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*