mardi , 18 décembre 2018
Flash info

Quand Resco et Tiégboro manquent d’efficacité

Face à la montée de la criminalité dans la capitale, les populations ne savent plus à quel Saint se vouer. En effet, les bandits continuent de commettre des vols à main armée, des braquages de voitures et des viols en toute impunité. Les forces de l’ordre étant impuissantes devant cette montée en puissance de la pègre.

 

Le décompte macabre des victimes du grand banditisme dans la ville de Conakry ne cesse de s’allonger. Avec un scenario presque toujours identique. Des hommes vêtus d’uniformes militaires débarquent dans des concessions, mettent toute la maisonnée au respect. Pour ensuite s’emparer du butin. Avant de quitter les lieux, ils tuent le chef de famille. Le dernier cas en date porte sur celui d’un haut cadre de l’Etat. Alpha Oumar Diallo froidement abattu dans la banlieue de Conakry.

Comme si les pauvres populations étaient abandonnées à leur sort. Pendant ce temps le gouverneur de la ville de Conakry, le commandant Sékou Resco Camara et le lieutenant Colonel Moussa Tiégboro Camara tournent en rond dans les quartiers de la capitale. Au nom de la lutte contre le banditisme avec des moyens de l’Etat mis à leur disposition, mais sans résultat probant. Moussa Tiégboro Camara a dû perdre la main, après la descente aux enfers qu’il a connue, suite à l’attentat perpétré contre son mentor le capitaine Moussa Dadis par Aboubacar Toumba Diakité, le 3 décembre 2010. Lui-même avait été grièvement blessé lors de ces incidents. Et fut évacué en compagnie de l’ancien chef de la junte au Maroc pour des soins intenses. Alors qu’on croyait sa page complètement tournée, contre toute attente, Tiégboro a été coopté par Alpha Condé pour s’occuper de la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme. Sans oublier le narcotrafic.

Mais il faut reconnaitre que près de 6 mois depuis l’avènement du nouveau gouvernement, la prestation du secrétaire général chargé de la lutte contre la criminalité et la drogue est en deçà de la moyenne. Lui-même reconnait aujourd’hui que les narcotrafiquants ont repris leurs activités. Se servant de la Guinée comme plaque tournante, comme à leurs habitudes. Quant au grand banditisme, les attaques se multiplient contre les pauvres citoyens dans la cité. Tiégboro et ses limiers manquant de flair ou laissant faire. Toujours est-il que c’est le contribuable qui paie pour cette piètre prestation. Puisque ces pandores sont entretenus à grand frais.

L’autre officier qui se fait passer pour zerro, le commandant Resco Camara non plus n’apporte grand-chose à la lutte contre les malfrats qui écument la cité. Il se contente juste des effets d’annonce, sur fond de menaces. Des menaces qui s’adressent aux élus locaux qu’il intimide au gré de ses discours. Resco et Tiégboro ne font qu’amuser la galerie quand ils le peuvent. Et avec eux on ne fera que du sur place dans le combat contre les fléaux de la criminalité et de la drogue. Un tel climat d’insécurité grandissante ne peut attirer des investisseurs. Qu’on ne s’y trompe pas.

Le Démocrate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*