lundi , 21 janvier 2019

Sénégal : Wade renonce à sa réforme constitutionnelle

Manifestants et forces de l’ordre se sont affrontés dans le centre-ville de Dakar. Des violences qui ont conduit le président Wade à renoncer entièrement à son projet de réforme constitutionnelle – y compris l’élection du vice-président au suffrage universel. Récit d’une journée à rebondissements. L’annonce du renoncement de Abdoulaye Wade à l’une des principales disposition

de sa réforme constitutionnelle n’a pas calmé la foule des opposants sénégalais. Peu avant 11 heures, le ministre de la justice Cheikh Tidiane Sy a annoncé aux députés que le projet de loi qu’ils s’apprêtaient à examiner maintiendrait les dispositions de l’article 33 de la Constitution. Et donc que le « ticket » formé par les candidats à la présidence et à la vice-présidence devrait remporter la majorité absolue au premier tour du scrutin pour éviter un second – et non seulement 25 % des voix comme initialement prévu.

À l’extérieur de l’Assemblée, la journée avait commencé dans une grande fébrilité. Dès le matin, les manifestants agitaient des pancartes où l’on pouvait lire « Wade go », « Touba (ville sainte du mouridisme, NDLR) dit non à la dictature », « c’est le printemps sénégalais, Wade dégage ». Un jeune homme au torse nu, où l’on pouvait lire l’inscription « ne vote pas pour », s’est agenouillé en signe de prière devant les grilles de l’Assemblée nationale.

Jets de pierres

Puis la tension est très vite montée d’un cran. Les députés du Parti démocratique sénégalais (PDS, parti au pouvoir), ont fait leur arrivée sous les hués des manifestants, qui n’ont pas hésité à jeter des pierres en leur direction et à insulter certains d’entre eux.

Autre ambiance lors de l’arrivée des leaders de l’opposition. Moustapha Niasse, leader de l’Alliance des forces du progrès (AFP), Ousmane Tanor Dieng (parti socialiste), Amath Dansokho (Parti pour l’indépendance et le travail), Mansour Sy Djamil ( Mouvement pour la refondation et le développement social), et Haidar El Ali ont salué la foule. Et se sont réunis au milieu de la place Soweto pour une photo de famille.

La situation a ensuite rapidement dégénéré. Les manifestants ont affronté les forces de l’ordre avec des jets de pierre. Les GMI (groupement mobile d’intervention) ont rapidement tiré des grenades lacrymogènes, faisant quelques blessés. Deux chars à canons à eau sont arrivés sur place, dispersant la foule. En début d’après-midi, plusieurs véhicules ont même été incendiés à proximité de l’Assemblée (photo ci-contre, © Damien Langry).

« Perte de privilèges »

Dans l’hémicycle, dont 88% des députés sont favorables au gouvernement, 92 députés ont pris tour à tour la parole. El Hadj Diouf, avocat à la cour, a notamment fustigé « des gens qui ont peur de perdre leur privilège », tandis que Amadou Sall, député libéral, a dit ne pas comprendre pourquoi « on manifeste alors que nous avons retiré le quart bloquant ». L’explication est pourtant simple : les opposants craignent que Wade veuille que son fils Karim lui succède.

D’autres députés ont regretté que le projet de loi n’ait pas été soumis à l’approbation du peuple. « Si nous avions tenté un référendum, on nous aurait dit que le président veut reporter les élections présidentielles », répond Serigne Mbacké Ndiaye, le porte-parole du président.

Pendant ce temps, dehors, la révolte continue. Les blessés sont nombreux. Et pour finir, en fin de journée, le ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy, annonce aux députés que la réforme est retirée. « Le président Wade a pris en considération vos préoccupations et a pris bonne note de toutes les réactions, il m’a chargé de retirer ce projet de loi », a-t-il déclaré sous les applaudissements nourris de l’hémicycle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*