jeudi , 23 mai 2019

L’Association Guinéenne pour la Transparence veut les résultats de tous les audits effectués depuis 2007

L’Association Guinéenne pour la Transparence (AGT) a déclaré lundi être inquiète sur l’état de la promotion de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption engagées par le président Alpha Condé.

 

Selon le président d’AGT, Mamadou Taran Diallo, cette inquiétude a bien sa raison d’être d’autant que plusieurs actes liés à la bonne gouvernance devant être posés ne le sont toujours pas, six mois après la prestation de serment du président guinéen.

Au nombre de ces actes, l’ONG cite la non publication par le Journal Officiel de la République, six mois après l’installation du gouvernement, de la déclaration de biens du Président de la République et des ministres, la publication incomplète des listes des débiteurs de l’Etat et l’absence de communication sur le niveau de recouvrement et sur l’avancement des poursuites judiciaires.

Ce qui semble préoccuper singulièrement les membres de l’association, c’est la nomination à des postes de responsabilités de présumés débiteurs de l’Etat ou présumés auteurs de détournement de deniers publics citées dans la presse et les rapports d’audit.

« L’AGT affirme que les débiteurs de l’Etat ou les personnalités sur lesquelles pèsent des soupçons de corruption ou de détournement de deniers publics, sans avoir apporté la preuve de leur innocence, sont moralement disqualifiées pour exercer des responsabilités publiques de direction, de gestion, de contrôle et de conseil. Sous d’autres cieux, toute personnalité publique mise en cause démissionne ou est limogée pour sauver l’image de l’Etat, de l’éthique et de la déontologie dans la sphère politique, administrative et celle des affaires », a déclaré M. Diallo, ajoutant que son association « demande au Président de la République et au Gouvernement, comme ils l’ont toujours affirmé, de conformer les actes à la parole en conduisant une politique énergique de bonne gouvernance et de tolérance zéro contre la corruption ».

Pour l’Association guinéenne pour la transparence, le seul gage de développement de ce pays est de gouverner autrement et d’entreprendre des mesures nécessaires pour que tous ceux qui sont incriminés, sans distinction et sans discrimination, dans les rapports d’audit répondent de leurs actes.

A ce titre, elle invite Alpha Condé à s’abstenir de nommer à des postes de responsabilité et de révoquer toute personne compromise dans des affaires de corruption et de détournement de deniers publics.

L’AGT exige la publication des résultats de tous les audits commandités depuis le gouvernement Kouyaté ainsi que l’audit de la gestion du CNDD. Elle a enfin demandé aux autorités guinéennes de publier leurs déclarations de biens au Journal Officiel de la République et surtout d’informer les Guinéens sur les pénalités payées par Rio Tinto (700 millions de $) et Areeba (15 millions d’euros) et l’usage qui en sera fait.

Elie Ougna

+224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*