mardi , 23 avril 2019
Flash info

La polygamie est légalement interdite chez nous en Guinée !

Cousine, tu as appris que ton mari envisage de prendre une seconde épouse. Ta copine qui t’a mise au parfum de la rumeur te dit en même temps que tu ne peux rien faire, que l’Islam, ta religion et celle de ton mari, le lui permet. Alors tu es angoissée à l’idée de devoir partager légalement, l’homme que tu aimes tant.

 

Cousine, ne désespère plus. La religion a ses raisons que la loi ignore. En effet, suivant l’article 298 alinéa 2 du Code civil guinéen, si l’homme qui doit se marier est déjà dans les liens d’un précédente mariage et s’il n’a pas obtenu le consentement de sa première femme, celle-ci a le droit de faire opposition.

Rassurée par cette information juridique, je sais que tu iras de suite voir ton mari et le lui répéter dans le but de lui faire abandonner son projet. Mais cousine, si ton mari est déterminé à poursuivre son projet, il ira de suite, à son tour voir un bon avocat spécialiste du droit de la famille. Celui-ci lui expliquera qu’il peut ne pas considérer l’opposition. Car dans cette situation, elle sera inefficace, parce que l’opposition signifie que le second mariage n’aura aucun effet juridique à l’égard de la première femme. Comme Dieu est toujours avec la femme, ton mari viendra lui-même te répéter le conseil de son avocat. Tu recommenceras à ressentir une forte pression. Et c’est là j’interviendrais pour t’empêcher de tomber dans la dépression.

Cousine, je te citerais l’article 315 du Code civil guinéen qui dispose que : « la pratique de la polygamie est interdite à toute personne de nationalité guinéenne et demeure proscrite sur toute l’étendu du territoire de la République ». Mais cousine, je te préciserai qu’il existe quatre exceptions à cette règle :

Les mariages célébrés et consommés sous l’empire de la coutume de la polygamie avant le 31 janvier 1968. Cousine, tel n’est pas le cas de ton mari, car il souhaiterait se remarier maintenant.

Le mari peut obtenir l’autorisation d’épouser une seconde femme si l’autorisation est motivée par des raisons médicales graves. Cousine, je suppose que tel n’est pas le cas de ton mari, surtout si vous avez déjà des enfants ensemble.

Après une séparation de plus de deux années et en présence d’enfants communs, les conjoints divorcés peuvent se remarier sans formalité de consentement des autres épouses du mari. Cousine, je suppose que tel n’est pas le cas de ton mari, surtout si tu le gère depuis le lycée.

Les femmes âgées de plus de 45 ans peuvent se marier ou se remarier à tout homme de leur choix sans formalité de consentement des autres épouses du mari. Cousine, je suppose que tel n’est pas le cas de ton mari, même s’il est généreux il ne prendra pas quand même une femme qui a atteint la ménopause.

Cousine, si aucune de ces quatre exceptions ne s’applique au projet de ton mari, mais qu’il persiste à vouloir se remarier, tu lui diras qu’il risque une peine d’emprisonnement de 5 à 10 ans et d’une amende allant de 500 à 5000 francs guinéen, en application de l’article 318 du Code civil guinéen. Tu ne te gêneras pas à l’attaquer en justice, n’est ce pas ?

Cousine, maintenant tu connais tes droits, j’espère que tu oseras les faire respecter.

Par Sékou Koïta pour le site nenehawa.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*