dimanche , 16 juin 2019

Libre opinion- Affaire Facinet Touré: « Trop, c’est trop », réagit la Coordination de la Basse Guinée

Depuis le point de presse animé par le Haute Autorité Morale et Coutumière de la Basse Guinée, le Général Facinet Touré, le vendredi 27 mai 2011, les critiques les plus acerbes voire les insanités les plus grossières se chevauchent dans une certaine presse dans le seul but de démonétiser un homme

dont pourtant la noblesse des intentions ne le cède qu’à la pertinence des propositions.

Des expressions d’une très rare virulence et d’une violence inouïe, irritent toute personne de bonne éducation, respectueuse de nos valeurs et coutumes. La dignité humaine la plus élémentaire s’en trouve heurtée. Sont ce des journalistes qui pataugent ainsi dans l’excès ordurier ?

Ils fouleraient alors aux pieds l’éthique même de leur métier de même que la déontologie de leur profession.

Mais qu’aurait donc dit la Haute Autorité Morale et Coutumière de la Basse Guinée pour soulever le courroux de ces artilleurs sans scrupule ? Qu’aurait donc dit le Général Facinet Touré pour échauder à ce point ces guerriers de mauvais aloi ?

Qu’aurait dit l’homme de bien pour faire si mal ç ces justiciers aux petits pieds ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui pourrait justifier tant de haine, tant de rancœur, tant de mépris pour un homme si respectueux et si respectable ?

Le Général Facinet Touré n’a fait que rappeler un conseil qu’il a donné en son temps à des représentants du candidat El Hadj Cellou Dalein Diallo venus démarcher son soutien personnel et celui de des fils de la Basse Guinée. Pour être clair et précis, des fils du Foutah sont venus demander aux fils de la Basse Guinée de voter pour eux. Nous voilà donc introduits par les représentants de l’UFDG dans une logique et dans un environnement d’ethnostratégie.

Le Général Facinet Touré qui est de mère Peuhle et dont l’épouse est également de l’ethnie Peuhle a alors tenu ce langage qui nous parait d’une sagesse indiscutable, citation : ‘’Chers oncles, vous détenez le cordon de la bourse, donc le pouvoir économique. Vous le méritez. Je vous en félicite. Mais, laissez les autres se disputer le pouvoir politique avec d’ailleurs le droit pour vous de participer à la gestion à tous les niveaux de la superstructure et de l’administration. Une autre ethnie se serait-telle trouver dans la position de l’ethnie Peuhle sur l’échiquier de la Nation que je lui aurais donné le conseil’’.

Ce conseil sous forme de boutade devrait-il être interprété comme ethnocentriste, comme de l’ethnocentrisme pur et dur ? Non, pas du tout surtout lorsque l’on sait que le Général Facinet Touré n’en a jamais voulu à ses oncles qui, le cas échéant, l’affichent à l’enseigne des « Balèyo ». Souvenez-vous par exemple que, pendant la campagne présidentielle de 1993, partout où le Général Facinet Touré est passé au Foutah, il a essuyé le quolibet de « Balèyo présomptueux’’.

Y-a-t-il de quoi fouetter un chat parce qu’un neveu demande à ses oncles de s’abstenir de tout monopoliser dans le pays au risque de poser en potentats et de porter atteinte à l’harmonie sociale ?

Ethnostratégie ? Qui a encensé l’ethno stratégie en Guinée ? N’est-ce pas celui qui a dit publiquement et solennellement en 1993 à Faranah : Les malinkés ont eu le pouvoir ; les Soussous ont eu le pouvoir, cette fois, c’est le tour des Peulhs ? Qui est le plus atteint par le virus de l’ethnocentrisme en Guinée ? Ne se sont pas les disciples, les supporters et les zélateurs de l’initiateur de l’ethno stratégie et qui manifestent aujourd’hui encore leur adhésion à cette idéologie de l’exclusion avec une exaltation confinant à l’hystérie ?

Tous les propos, tous les gestes, tous les actes sont bons lorsqu’ils viennent de l’oncle. N’y aurait-il rien de bon que de l’oncle ?

Dépassionnons les choses et soyons plutôt objectifs. E, s’inspirant de ce que les Juifs ont commis dans le monde et de ce qu’ils ont subi à cause de leur boulimie de pouvoir, du cas de Tutsis et des Hutus au Rwanda et au Burundi, l’on apprécie la vue perspective et l’on comprend la sagesse et la pertinence des propos de la Haute Autorités Morale et Coutumière de la Basse Guinée.

La Guinée comprend quatre région naturelles dont les différences et les complémentarités sont toutes aussi enrichissantes et les unes que les autres. Dans un tel pays, la concentration de tous les pouvoirs entre les mains d’une seule région ne peut pas garantir le paix parce que niant et reniant toute équité.

Seul l’esprit de partage entre les 4 composantes construit et renforce l’unité nationale.

Nulle part, le Général Facinet Touré n’a dit que les peulhs doivent se contenter par à vie le pouvoir économique. Il fut un temps où les Soussous étaient les plus nantis du pays. En ce moment là, ils ne se sont pas prévalus de leur pouvoir économique pour imposer un des leurs à la tête du pays. Ils ont plutôt, et sans ambages choisi Ahmed Sékou Touré et non un des leurs.

Le Général Facinet Touré invite à la hauteur de vue. Il exprime, on ne peut mieux le souci ardent d’un patriote acharné à maintenir notre pays dans sa cohésion.

Qui en voudrait au Général Facinet Touré pour cette noblesse du dessein, cette grandeur d’âme ? ne lui en veulent( que ceux qui ne digèrent toujours pas la défaite d’El Hadj Cellou Dalein Diallo aux présidentielles de 2010, ceux qui ont le plus outrancièrement et outrageusement ethnicisé les consultations électorales en Guinée.

Ces irréductibles de l’ethnocentrisme en veulent au Général Facinet Touré d’avoir voté et appelé à voter pour le Professeur Alpha condé, rangeant clairement, franchement et sincèrement dans le camp du Professeur.

Le Général Facinet a fait acte de patriotisme il a Contribué à sauver la patrie tout comme n’naguère, il porta haut, loin et avantageusement les vues, les ambitions et la parole de la Guinée lorsqu’il était le Ministre des Affaires étrangère dans notre pays. Et que dire de sa participation à l’écrasement de l’attaque rebelle de 200 au long de nos frontières ? Et pourtant, en ce moment là, il était à la retraite. Il était d’ailleurs en vacances à Paris lorsque le tocsin sonnait en Guinée. D’autres eussent continuer à se la couler douce, loin, bien loin de la Guinée en proie à la furie des hordes des mercenaires venus du Libérai et de la Sierra Leone. Lui, le patriote sauta dans le premier vol et dès sa descente d’avion, il troqua sa veste contre le treillis militaire et s’enfonça dans la fournaise da la guerre dont il marque de son emprunte des épisodes les plus glorieux de la victoire de la Guinée.

Parler d’un tel Homme dans les termes étalés dans les journées « l’observateur et le défis », c’est manquer du respect aux valeurs humaines les plus sacrées ; c’est cracher sur un bel exemple de défenseur et de promoteur de la Guinée. C’est tenter de souiller un symbole. Dans ce cas, autant cracher sur le soleil.

Trop, c’est trop ! Nul n’est dupe. A travers Facinet Touré, c’est à la Basse Guinée que l’on s’en prend.

Les injures contre ce Monsieur ? Akha dan ! Les grossièretés contre Facinet Touré, akha dan, akha dan, akha dan. Si nous respectons tout le monde et même les moins bons, nous entendons qu’on nous respecte. Nous respectons les sages des autres. Nous entendons que l’on respecte nos sages.

La Coordination régionale de la Basse Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*