lundi , 9 décembre 2019

Guinée : l’OIM sensibilise sur les dangers de l’immigration clandestine

Conakry, 6 juin (AGP)- L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a procédé samedi, 4 juin dernier à Conakry, au lancement d’une campagne d’information et de sensibilisation sur les dangers liés à l’immigration clandestine.

 

Cette activité menée par l’ONG ‘’Rire des Jeunes’’ sur financement de la Belgique, consiste à conscientiser les élèves et étudiants guinéens sur les risques et dangers liés à ce phénomène mais aussi, leur apprendre comment voyager ou étudier légalement à l’étranger.

Ainsi les Universités Koffi Annan de Guinée dans la commune de Ratoma à Conakry et Général Lansana Conté de Sonfonia dans la préfecture de Dubréka ont été les premières cibles de ladite campagne où des conférences débats ont été animées par le chef de mission, OIM Guinée, M. Ali Abdi.

Le conférencier a indiqué, que s’engager dans l’immigration clandestine, c’est perdre beaucoup d’argent sans garantie d’arriver à destination, mourir en chemin dans le Sahara ou en mer et être emprisonné ou traqué par la police du pays d’accueil.

Face à cette situation périlleuse, M. Abdi a exhorté les étudiants à suivre la voie légale et régulière pour voyager et poursuivre leurs études à l’étranger.

Il a rappelé, qu’en 2010, les camps de regroupement belges accueillaient chaque mois près de 200 guinéens dont la majorité était des élèves et étudiants qui, une fois en Belgique, se retrouvaient rapidement dans une situation irrégulière en l’absence de toute couverture sociale.

‘’Vous devez accepter d’étudier et servir votre pays en vue d’amorcer le développement socio-économique auquel vous aspirez’’, a-t-il conseillé.

Les étudiants, pour leur part, ont expliqué certaines raisons qui poussent les jeunes guinéens à l’immigration notamment, la non qualification du système éducatif guinéen, le taux élevé du chômage et la succession des crises sociales dans le pays.

Selon l’OIM, les pays d’accueil sont disposés à accompagner les Etats africains dans la résolution de certains problèmes liés à l’éducation, la santé et à l’emploi.

SOURCE: AGP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*