mardi , 19 novembre 2019

DSK plaide non coupable et ouvre la voie à un procès

Finalement, l’audience tant attendue n’aura duré que quatre minutes. Dominique Strauss-Kahn, qui comparaissait devant un tribunal de New York lundi 6 juin, a comme prévu plaidé non coupable aux sept chefs d’inculpation à son encontre, dont crimes sexuels, tentative de viol et séquestration.

 

Ce geste ouvre la voie à un procès, qui devrait se tenir dans les prochains mois. La prochaine étape de ce long processus judiciaire aura lieu le 18 juillet. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont en effet demandé un délai de six semaines pour que les deux parties échangent les documents et les preuves en leur possession.

M. Strauss-Kahn est arrivé au tribunal de Manhattan peu après 15 heures, sous les huées d’une foule de femmes de chambre qui manifestaient devant le bâtiment aux cris de « shame on you » (honte à vous). Il s’est installé dans la salle d’audience, entouré de ses avocats, Me Benjamin Brafman et Me William Taylor. Après lecture de l’acte d’accusation par le juge Michael Obus, il a prononcé les mots « non coupable » alors que les caméras de télévisions n’avaient pas encore reçu l’autorisation de filmer. Il a ensuite rapidement quitté la salle d’audience.

LA PLAIGNANTE TÉMOIGNERA LORS DU PROCÈS

Pour Benjamin Brafman, qui s’est adressé à la presse après cette courte audience, la confiance est de mise. « Je ne veux pas rentrer pour l’instant dans le détail de cette affaire mais je suis confiant, je ne pense pas du tout que M. Strauss-Kahn soit coupable des faits qu’on lui reproche, et je peux vous prédire qu’il sera relaxé, a-t-il dit, Nous prouverons qu’il n’y a pas eu d’agression ou d’acte forcé ». Me Kenneth Thompson, l’avocat de la plaignante, Nafissatou Diallo, a évoqué quant à lui des « crimes graves » et affirmé que sa cliente est « traumatisée » et ne peut plus travailler. « Elle se bat pour sa dignité et son amour-propre en tant que femme, elle se bat pour toutes les femmes qui ont été agressées sexuellement dans le monde », a-t-il lancé devant les journalistes.

Me Thompson a confirmé que Mme Diallo, qui ne s’est pas exprimée publiquement jusqu’ici, témoignera lors du procès. »Elle va venir devant ce tribunal, elle va s’asseoir dans le box des témoins et dire au monde entier ce que Dominique Strauss-Kahn lui a fait », a-t-il promis.

PÉRIODE DE « DISCOVERY » JUSQU’AU 18 JUILLET

On ne sait pas encore quelle sera la nature exacte de l’audience du 18 juillet. Il est probable que cela soit un point d’étape, après six semaines d’échanges de documents et de preuves entre les deux parties : c’est la période dite de « discovery ». La date de début du procès pourrait être fixée le 18 juillet. D’ici là, les éléments ne seront pas rendus publics.

La défense va désormais prendre connaissance des pièces du dossier, notamment les tests ADN et le témoignage que la victime présumée a livré au « grand jury ». En fonction de ces éléments, si par exemple des traces d’ADN de M. Strauss-Khan ont bien été retrouvées sur Mme Diallo, les avocats de DSK pourront arguer d’une relation consentie. Ils vont aussi chercher la moindre faille ou contradiction dans le témoignage de Mme Diallo grâce à des sociétés de sécurité comme Guidepost Solution.

D’ici là, M. Strauss-Kahn, qui risque jusqu’à 25 ans de prison, restera en résidence surveillée à New York. Il doit porter en permanence un bracelet électronique à la cheville et ne peut quitter sa résidence que pour se rendre au tribunal, pour rencontrer ses avocats, pour des rendez-vous médicaux et pour assister à un office religieux par semaine.

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*