jeudi , 21 mars 2019

Le Sénégal pour un audit de la BCEAO après des « retraits illégaux » de Gbagbo

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a demandé un audit de la Banque centrale des Etats de l`Afrique de l`Ouest (BCEAO) pour « cerner les aspects liés aux opérations illégales » de l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, a-t-on appris vendredi de source officielle sénégalaise.
Le chef de l`Etat sénégalais veut qu`un « audit externe soit mené pour cerner tous les aspects liés aux opérations illégales effectués par M. Gbagbo et ses partisans », indique un communiqué du Conseil des ministres transmis vendredi à l`AFP.

Il a également proposé que la BCEAO, « en tant qu`institution principalement victime de ces actes illégaux, porte plainte », selon la même source.

La BCEAO, dont le siège est à Dakar, est la banque d`émission des huit pays membres de l`Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa): Côte d`Ivoire, Sénégal, Mali, Togo, Bénin, Niger, Guinée-Bissau, Burkina Faso.

Un sommet de l`Uémoa tenu le 30 mai à Lomé sur la situation en Côte d`Ivoire, a nommé un nouveau gouverneur ivoirien de la BCEAO, Tiémoko Koné Meyliet. Les chefs d`Etat y ont discuté « des prélèvements indus de sommes d`argent que le régime déchu de M. Gbagbo avait opérés auprès des agences BCEAO de la Côte d`Ivoire pour un montant de 500 milliards CFA », plus de 762 millions d`euros, selon le gouvernement sénégalais.

Laurent Gbagbo a été arrêté le 11 avril à Abidjan après plus de quatre mois de crise sanglante (environ 3.000 morts) née de son refus de céder le pouvoir après le scrutin de novembre 2010 au président élu Alassane Ouattara.

Le précédent gouverneur de la BCEAO, l`Ivoirien Philippe-Henri Dacoury-Tabley, proche de M. Gbagbo, a été limogé en janvier pour ne pas avoir respecté une décision de l`Uémoa de confier à M. Ouattara le contrôle des actifs de la Côte d`Ivoire détenus par la banque régionale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*