samedi , 14 décembre 2019

Bataille entre alliés autour du corps de Zakariaou Diallo

La complicité entre Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et Mouctar Diallo, numéro Un des NFD vole en éclat. A l’origne, la lettre de dénonciation du second et son intention de porter plainte contre X pour homicide volontaire sur son militant.

Situons le cadre. Nous sommes début Avril. Le dimanche 3 plus exactement. Cellou Dalein Diallo qui avait quitté le pays aux lendemains de la proclamation des résultats de la présidentielle de Novembre 2010 fait son retour. Des milliers de militants se mobilisent, en dépit de l’interdiction de manifester sur les voies publiques faites par le gouverneur de la ville de Conakry, le Commandant Sékou Resco Camara.

Les forces de l’ordre reprime la réception. Bilan, un mort. Zakariaou Diallo. Le malchanceux pour qui, Mamadou Cellou Dalein Diallo et Mamadou Mouctar Diallo, deux leaders qui se sont unis hier pour conquériri le pouvoir se battent aujourd’hui. Pour un coup médiatique?

Le 5 Avril, l’UFDG par la voie de son président Cellou Dalein Diallo, condamne, avec sa dernière énergie, les violences perpétrées contre ses militants, soldéés par la mort de Zakariaou Diallo, 32 ans et exige la libération sans délais et sans condition de toutes les personnes arbitrairement arrêtées.

Vendredi 6 mai, le président des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD), Mamadou Mouctar Diallo, revenu quelques semaines plutôt au pays, se rend au tribunal de première instance de Dixinn. Il manifeste clairement la volonté de porter plainte contre X pour homicide volontaire sur un de ses militants. Une lettre de dénonciation est déposée.

Dans un communiqué daté du 8 Mai, l’UFDG réagit. Le parti qui dit ne pas comprendre l’initiative de son allié de porter plainte à sa place se montre perplexe.

La Cellule d’Information de l’UFDG rappelle que le Président de l’UFDG avait indiqué lors de sa dernière conférence de presse que des plaintes seront formulées contre le Gouverneur de Conakry pour l’assassinat de notre regretté compagnon et également pour la violation des libertés publiques que confèrent la Constitution aux partis politiques. Des pièces de conviction pertinentes ont été réunies à cet effet : autopsie du corps et extraction de la balle”, indique le communiqué. “La Cellule d’information de l’UFDG tient à apporter cet éclairage pour éviter toute exploitation tendancieuse d’informations erronées susceptibles de porter préjudice à la bonne gestion de la procédure judiciaire”, conclut-il.

Comme pour signifier qu’il tient le bon bout, Mouctar Diallo revient mardi 17 mai devant le Juge d’instruction du TPI de Dixinn pour demander que justice soit faite. « Notre parti NFD est engagé à mettre fin à l’impunité dans ce pays. C’est dans ce cadre que nous demandons que les auteurs de cet acte crapuleux et ignoble soient jugés conformément à la loi», déclare-t-il à sa sortie d’audience. Sur la question de savoir que va-t-il dire lorsque l’UFDG va intenter une action en justice pour le même fait, sa réponse fuse.

Toutefois, Mouctar Diallo récidive mercredi matin, sur les ondes d’une radio privée de Conakry. “Cellou a  commis beaucoup d’erreurs de parcours pour perdre le second tour de la présidentielle. A présent, il doit capitaliser ses erreurs,  faire état des lieux  pour  son avenir politique », dit-il.

Quoi qu’il en soit, le réseau semble se détériorer entre les deux hommes et leur parti respectif. A moins qu’ils changent de ton  et de manière à la dernière minute.

Mais au pire des cas, lequel des deux partis veut-il profiter de la mort de Zakariaou Diallo?

Question à une carte d’adhésion.

Fatoumata Kéita

+224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*