dimanche , 20 janvier 2019

Une juge de New York ordonne l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn

Une juge de New York a ordonné lundi l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn, deux jours après son arrestation. Le directeur général du FMI est accusé d’agression sexuelle, tentative de viol et séquestration de personne.


 

Une juge new-yorkaise a ordonné l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn et refusé de le libérer moyennant une caution d’un million de dollars, deux jours après son arrestation dans une affaire de crime sexuel contre une femme de chambre dans un hôtel de Manhattan.

Le patron du FMI a comparu dans la matinée de lundi au tribunal pénal de Manhattan, vêtu d’un costume sombre et d’une chemise claire. Il est apparu fatigué et abattu.

La juge Melissa Jackson a évoqué un risque de fuite du patron du Fonds monétaire international, arrêté samedi à bord d’un avion d’Air France qui s’apprêtait à quitter l’aéroport Kennedy de New York.

La défense de l’ancien ministre avait auparavant offert une caution d’un million de dollars pour obtenir la mise en liberté provisoire de DSK, qui aurait également remis son passeport à la justice.

M. Strauss-Kahn se serait également engagé à résider à New York chez sa fille, ont proposé ses avocats.

La prochaine comparution de DSK devant la justice a été fixée au 20 mai.

M. Strauss-Kahn fait l’objet de sept chefs d’accusation, dont acte sexuel criminel et tentative de viol et de séquestration, suite aux accusations d’une femme de chambre de 32 ans, employée dans un hôtel Sofitel de New York.

« La date de la prochaine audience est fixée au 20 mai 2011 », a déclaré le ministère public dans un communiqué.

Son épouse, l’ancienne journaliste Anne Sinclair, était lundi en route pour New York en provenance de Paris, a indiqué un des avocats, Benjamin Brafman.

Au cours de l’audience, l’avocat a déclaré à la juge que Dominique Strauss-Kahn niait l’ensemble des accusations portées contre lui.

L’acte sexuel criminel, qui recouvre une fellation forcée en droit américain, correspond en droit français à un viol. Le terme de viol ne recouvre en droit américain que la seule pénétration vaginale forcée.

« Il nie ces accusations. Il est présumé innocent selon la loi », a souligné Me Brafman.

L’avocat a ajouté que le cas du directeur du FMI et favori dans des sondages dans la course à la présidentielle française bénéficiait d’une « ligne de défense forte » et qu’il était « tout à fait probable qu’il soit innocenté en fin de compte ».

L’avocat a ensuite pris la parole à la sortie du tribunal.

« Nous sommes évidemment déçus par la décision du tribunal », a dit M. Brafman. « Nous croyons à l’innocence de M. Strauss-Kahn et nous pensons que son dossier est défendable », a-t-il ajouté. « Nous demandons à tous de lui reconnaître la présomption d’innocence ».

« Il est important de comprendre que cette bataille ne fait que commencer », a poursuivi l’avocat. « L’intention de M. Strauss-Kahn est d’essayer de rétablir son nom et sa réputation ».

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*