vendredi , 18 octobre 2019

La politique deux poids deux mesures

Le tribunal de première instance de Mafanco (Conakry) a condamné, jeudi, à deux ans de prison ferme, trois militaires qui assuraient la protection rapprochée du candidat malheureux à la dernière présidentielle, Cellou Dalein Diallo.

 

Les adjudants chefs Abdoulaye Sow, Abdoulaye Diallo et le caporal Chef, Boubacar Bah mis aux arrêts début Avril lors de la réception de Cellou Dalein Diallo qui venait de passer quatre mois hors du pays, étaient accusés de participer à une manifestation interdite et d’avoir porté des armes pour assurer la protection d’un « simple citoyen alors que la période de transition était terminée », selon le ministre de l’Administration du territoire, Alhassane Condé.

Pour la petite histoire, pendant la période transitoire, les autorités avaient affecté des agents auprès des candidats à la présidentielle pour assurer leur sécurité.

Aujourd’hui, certains de ces anciens candidats sont toujours escortés par leurs gardes rapprochées alors qu’ils sont pour la plupart de simples citoyens comme M.Diallo. Bouna Kéita et bien d’autres leaders proches du pouvoir notamment.

Pour les avocats de la défense, il s’agit d’une parodie de justice. La partie civile parle d’un verdict juste.

Il convient toutefois de signaler que les jeunes n’avaient pas été rappelés par leurs unités d’origine avant la réception d’Avril dernier.

Fatoumata Kéita

Standard : +224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*