dimanche , 26 janvier 2020

« Areeba doit 45 millions d’euro à l’Etat guinéen », dixit le ministre Oyé Guilavogui

Oyé Guilavogui, le ministre des Postes et Télécommunications (PT) a, dans un entretien accordé à la télévision nationale, mardi 03 mai, dans son édition de 20h30, affirmé que la société de téléphonie mobile AREEBA a versé un premier acompte de 18 milliards de francs guinéens, (soit deux millions d’Euro) à l’Etat guinéen au compte du contentieux qui existe depuis maintenant cinq ans entre les deux parties… Explications du locataire des PT…

« AREEBA est un opérateur privé comme les autres ayant bénéficié d’une licence leur autorisant à entrer sur le territoire guinéen en matière de téléphonie mobile. Cette licence leur a coûtée à l’époque 30 millions d’euro. Quand ils se sont installés et puisque la licence ne leur a pas du tout coûtée chère, en principe ça devrait leur coûter près de 80 millions d’euro… Mais sachant comment l’Etat fonctionnait avant… Donc, ils l’ont eu facilement. Un an après, ils avaient fini de l’amortir. Qu’est-ce qu’ils ont trouvé à faire, c’est tout simplement violé la convention qui les liait à l’Etat en vendant une partie de la licence à MTN.

MTN est une société Sud-africaine qui a racheté la licence dans 7 autres pays. La Guinée est le huitième pays et c’est leur politique d’extension dans les Etats africains. Puisqu’AREEBA avait déjà fini d’amortir sa licence, donc facilement ils sont entrés en association. Or, dans les clauses de la convention, il est bien précisé en son article 7 qu’AREEBA ne doit ni s’associer à un autre opérateur ni vendre la licence sans l’accord préalable de l’Etat. Et dans la convention, il est également précisé dans l’article 17 que si l’opérateur viole les dispositions de l’article 7, il doit le réparer par les cinquante pour cent du coût de sa licence. C’est pourquoi, on parle de 15 millions d’Euro. Puisque la licence a été obtenue à 30 millions d’euro. Mais figurez-vous que depuis cinq ans cette affaire court. On fait donc le calcul des plus values obtenues de cette association, c’est-à-dire tout ce qui est venu s’ajouter du fait de leur association, qui s’est ajouté au revenu qu’il tirait de cette licence… du fait de l’apport d’un autre opérateur a apporté des revenus substantiels. C’est ce qu’on a calculé et exigé que l’Etat entre en possession de sa plus value aussi durant les ans. Ce qui les amène à 30 millions d’euro.

A ce jour donc, AREEBA est confrontée au paiement de 45 millions d’euro à l’Etat ».

SOURCE : Mediaguinee

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*