lundi , 24 juin 2019

Comment exempter l’Afrique d’armes nucléaires ?

La question est au centre des débats de la première session de la Commission africaine de l’énergie nucléaire (CAEN) qui se tient ce mercredi 4 mai, à Addis-Abeba, en Ethiopie.

Il s’agira pour la structure panafricaine de revoir les dispositions du Traité sur la zone exempte d’armes nucléaires en Afrique, connu sous le nom de Traité de Pelindaba, dont l’entrée en vigueur a eu lieu en juillet 2009, rapporte un communiqué de presse parvenu à notre rédaction.

« Comme l’a indiqué l’Ambassadeur Lamamra Ramtane, Commissaire de l’UA à la paix et à la sécurité, la première réunion de la CAEN est la concrétisation de l’engagement de l’UA à œuvrer pour le renforcement des zones exemptes d’armes nucléaires en contribuant au désarment nucléaire et à l’efficacité du régime de non-prolifération, en vue d’un monde libéré des armes nucléaires », indique le texte.

La rencontre d’Addis-Abeba aura aussi pour ambition d’élaborer les mécanismes de fonctionnement de la Commission africaine de l’énergie nucléaire et de définir les moyens d’accompagner les Etats parties.

On rappelle que les douze pays membres de la CAEN sont l’Algérie, le Burkina Faso, le Cameroun, l’Ethiopie, le Kenya, la Libye, le Mali, Maurice, le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Togo et la Tunisie.

Cette commission sera renouvelée en 2013, apprend-t-on.

Kaloum Presse

+224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*