dimanche , 16 décembre 2018

Bébé blanc, parents noirs

Deux Britanniques d’origine nigériane ont donné naissance à une petite Nmachi, blanche à la chevelure blonde. Des généticiens vont tenter de percer le mystère.

Nmachi, « beauté de dieu », est née blanche de parents noirs. Un « miracle », selon Ben et Angela Ihegboro, ses parents anglais d’origine nigériane. Le bébé n’est pas albinos, selon des experts en génétique. Les mauvaises langues avanceront que le géniteur pourrait être blanc, mais le bébé serait alors métis. « Ma femme est fidèle, affirme le père. Et même si elle m’avait trompé, le bébé ne ressemblerait pas à ça. Elle ressemble juste à un petit bébé blanc. »Le mystère reste donc entier.

« C’est un phénomène extraordinaire », a expliqué le professeur Bryan Sykes, chef de génétique humaine à l’université d’Oxford au Sun, qui a publié l’information le 20 juillet dernier. « Dans les populations métissées, il arrive que la variante de teinte de peau plus claire ressurgisse sur un enfant. Et elle peut parfois être étonnamment différente de la couleur de peau des parents », poursuit le spécialiste. Mais les deux parents n’ont, à leur connaissance, pas d’ancêtre métis ou blanc.

Une chance sur un million

La génétique a ses mystères. Ainsi il y a cinq ans, un couple métis avait donné naissance à des jumelles de couleur différente, une noire et une blanche. Des parents blancs peuvent aussi donner naissance à un enfant noir. Ce fut le cas de Sandra Laing qui en a fait l’amère expérience dans l’Afrique du Sud ségrégationniste des années 1950. L’actrice Sophie Okonedo (née d’un père nigérian et d’une mère d’origine polonaise et russe) incarne la jeune femme dans Skin.

Une chance sur un million. Voilà la probabilité de naître blanc de parents noirs, ou noir de parents blancs. Mais ce bébé aux longs cheveux blonds, aussi surprenants que sa couleur de peau, pourrait être le résultat d’une mutation génétique dont les deux parents seraient porteurs. Autre possibilité : la mutation s’est produite dans les cellules reproductrices de l’un des parents et s’est avérée « dominante ». Ben et Angela Ihegboro ont déjà donné naissance à deux enfants noirs, ce qui ne fait que renforcer le questionnement des généticiens. Leur fils de 4 ans, Chisom, était d’ailleurs le plus étonné de la famille. « Les règles de la génétique sont complexes et nous ne comprenons toujours pas ce qui se passe dans de nombreux cas », a confié Bryan Sykes au Sun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*